Cette journée devait être parfaite, ce fut finalement une lutte de chaque instant.
Récit d’un bad day :

6H30 : le réveil sonne … départ prévu pour 7H30
8H45 : le vrai départ, le stress est palpable
10H : arrivée à la préfecture de Nîmes, sans passeport pour Mel.
10H10 : comme quoi, un passeport peut se faire en 10 min.
13H37 : arrivée à Gerone, Espagne, direction l’aéroport
17H45 : un mauvais sandwich englouti, nous montons à bord de l’avion. Soudain, un passager nous interpelle violemment et nous dit, affolé « il est encore temps de redescendre, je le sens pas du tout ce vol ! »
17H48 : pleins gaz, l’avion décolle malgré ses prédictions !

On passe au-dessus du détroit de Gibraltar, séparation entre 2 continents… et de Tarifa ! (déjà petite pensée pour un prochain trip !)

19H05 (heure locale) : atterrissage « ricochet staïle », s’en suivent d’ironiques applaudissements
19H45 : il est temps de négocier le prix d’un « grand taxi » pour parcourir les 200km qui nous séparent d’Essaouira et du reste de l’équipe. Mais ce n’est pas aussi facile …
20H01 : chaque partie campe sur sa position : 100€ pour nous c’est déconné, 40€ pour le taximan ne couvre « soi-disant » pas ses frais… Nous entamons la grève des boardbags !
21H08 : voilà déjà une heure que nous dormons paisiblement allongées sur nos boardbags devant l’aéroport, on n’a même pas l’air de leur faire pitié !!!
22H10 : dernière négociation, bien trop lassées de cette journée, banco pour 68€
23H24 : complètement affolées par la conduite du taximan, frigorifiées à l’arrière du taxi, nous roulons toutes vitres ouvertes vers Essa, emmitouflées sous un duvet

01H30 : arrivée à bon port, accueillies pour la fin de la soirée chez des amis de Soufiane Hamaini, notre hôte local. 3 gorgées de Vodka suffisent à nous mettre parterre, on a vraiment un souci !!!

4H30 : après 21H de lutte, un repos bien mérité dans le salon marocain de l’apart du crew « Trip Essaouira 2008 »

Rédigé par Mel

Coeur palmier Coeur sapin

un commentaire

  1. Sie dachte wieder mal gar nicht daran, dass ich auch wild darauf sein konnte, mich überall streicheln zu lassen.Sie verharrte noch, bis ich ihr mit meiner geübten Zunge den zweiten Höhepunkt besorgte, zu dem sie für meinen Geschmack für eine Krankenstation viel zu laut wimmerte.

Hey ! Dis nous ce que tu en as pensé ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s