Pour cette 6ème interview sur le thème des (Super) Women in Business, on vous présente aujourd’hui Layla. Vous la rencontrerez samedi prochain si vous venez à notre 1ère Bazar Session : c’est elle qui vous donnera le cours de yoga à 17h. Layla a un studio de yoga du côté de Montpellier.
On l’a rencontrée à l’occasion d’un cours sur la plage qu’elle donnait lors d’un événement organisé par la boutique Patagonia Montpellier, dont elle est l’ambassadrice.
Super feeling avec cette yogi aux cheveux salés et aux pieds sablés.

Salut Layla, tout d’abord, présentes-toi !

J’ai 35 ans, je suis franco-marocaine. J’ai grandi en France (en normandie plus exactement) tout en passant tout mon temps libre au Maroc où réside mon père.
Je vis à Montpellier depuis 10 ans, j’ai souvent essayé de quitter cette ville en m’installant à Nice, à Barcelone… Mais elle me rappelle toujours ! Je partage depuis peu ma vie entre Castelnau le lez où j’ai mon studio de Yoga et Oualidia au Maroc où j’organise des stages. Je m’y rends tous les mois entre avril et novembre.

J’adore voyager, enfin c’est une nécessité. J’ai développé une aversion pour le quotidien et je me sens vite cloisonnée si je ne bouge pas. Alors j’organise ma vie en fonction de ça.

Racontes-nous ton histoire avec le yoga
Le Yoga est arrivé dans ma vie à un moment où j’avais des problèmes de santé, mon corps ne m’appartenait plus et mon moral n’était pas au beau fixe. J’ai trouvé dans ma pratique un lieu où me recentrer, où travailler en profondeur pour aller mieux. Tant physiquement que moralement.
Ensuite j’ai entamé ma phase de transformation… Une pratique plus physique, un esprit plus clair et un regard hyper positif sur la vie et sur ce qu’il (m’) arrive. Maintenant cela fait partie intégrante de ma vie et même quand je ne pratique pas sur le tapis, ma tête, elle, a sa propre gymnastique, naturellement elle va vers le calme et la sérénité.

Pourquoi avoir décidé de monter ton studio ?
L’idée de monter un studio de Yoga est arrivée à un moment un peu dur de ma vie perso, je me séparais de mon mari et je me reconstruisais à Barcelone. Je n’étais pas trop prête à m’engager à nouveau dans un lieu et en même temps je savais que j’avais besoin de me poser et d’avoir une base solide pour bien repartir. Une amie m’a aidée et l’aventure « The Yogi in Me » était lancée.

IMG_2370

Quelle est la philosophie de ton studio ? Ce que tu veux transmettre ? Qu’est-ce que tu proposes ?
La philosophie du studio je l’ai voulue semblable à la mienne, avec une idée forte : la liberté. Techniquement j’essaie de proposer un maximum de cours, en accès illimité. Les pratiquants ne sont pas cantonnés à un cours avec un prof, ils viennent quand ils le veulent/peuvent. Il y a entre 3 et 4 cours par jour, du lundi au samedi. J’essaie de varier les styles et les profs car je pense qu’il est très bon de « voir autre chose », de ne pas se restreindre à une pratique, une vision. Et surtout je souhaite que si quelqu’un a une fenêtre de deux heures devant lui, se dise, tiens et si j’allais pratiquer ? Même si ce n’est pas avec son prof habituel.

Mon but en tant qu’enseignante est d’amener les gens à l’autonomie, leur donner un maximum de clés pour se connaitre davantage, apprendre à écouter ses besoins du moment et savoir y répondre. Le Yoga est là pour nous faire du bien, chacun doit apprendre à se faire du bien tout seul, à être capable de trouver ou de créer l’espace nécessaire pour ça.
Je me dis prof de Vinyasa parce que comme dans tout, il faut se catégoriser mais il nous arrive parfois de travailler complètement différemment.
Je ne prépare jamais mes cours, j’attends d’être assise devant les pratiquants et de sentir l’énergie du groupe, la mienne… Et ensuite je me laisse porter, j’essaie de répondre au mieux à ce que je perçois du groupe d’humains qui me fait face. J’avoue que j’ai parfois un peu de mal quand je sens que l’on attend quelque chose de précis de ma part, il arrive qu’on me demande « un gros flow qui fait mal » et que je sente que la personne en réalité a besoin de l’opposé « un gros flow tout doux », je passe mon truc l’air de rien ; et en général après savasana tout le monde repart heureux et apaisé.

_K4B4536-2

Quelles sont les clés de la réussite d’un tel projet ?
La réussite d’un tel projet est basée sur le travail c’est certain mais je pense aussi qu’une grosse part de dévotion à ce que l’on fait entre en jeu. C’est une discipline où il est difficile de mentir, les lacunes humaines ou techniques se font vite voir. Nous parlons de gens qui se trouvent en face de nous avec leurs histoires, leurs motivations pour faire du Yoga et pas du fitness, et nous parlons aussi de corps, qu’’il faut prendre soin de ne pas blesser. Nous avons une réelle responsabilité et le comportement de l’équipe professorale doit être responsable.

Les intentions doivent être bonnes, la philosophie du yoga doit s’inscrire dans la démarche commerciale et dans ce que l’on propose aux adhérents. Je gère le lieu à ma manière : je reste souple, je ne harcèle pas les gens qui ont oublié de régler leurs cotisations, chacun sait ce qu’il a à faire, il faut faire confiance aux gens. Personne n’est là pour arnaquer personne, je veux que le lieu soit un espace sain, sans animosité, sans rapport permanent à l’argent. Et ça fonctionne très bien comme ça.

La plus grosse difficulté que tu as rencontrée pour y arriver ?
La plus grosse difficulté pour moi a été, au départ, de donner 15 cours par semaine (les 6 premiers mois). J’étais éreintée, vidée mais je n’avais pas le choix. Dans mon idée, je dois être inspirée et inspirante, la routine et la répétition me tuent à petit feu et je me trouve mauvaise quand je rentre dans un système « mécanique» de cours. Je me suis donc organisée pour pouvoir prendre de l’énergie dans d’autres activités comme mes stages à l’étranger.
J’encourage aussi les profs qui travaillent avec moi à partir souvent, on se débrouille, on se remplace les uns les autres… C’est hyper important.

20149746

Tu as des partenaires ?
Oui, et il est très important pour moi de travailler avec des marques qui oeuvrent dans le bon sens tant au niveau humain qu’environnemental. 
Je suis ambassadrice Yoga pour le shop Patagonia Montpellier, je suis super contente de bosser avec cette marque. Au niveau éthique, c’est en accord avec ma démarche, au niveau fringues et combi c’est en accord avec mon corps 😉 C’est hyper agréable de porter des vêtements dits «techniques » au quotidien, les matières, les coupes… J’ai un peu de mal du coup à m’acheter des fringues de filles et à sortir de mon parfait combo sweat/leggings…
Egalement, EQ Love : une belle découverte cette année. D’abord pour leur tapis de Yoga que je trouve à la fois léger, confortable (surtout sur les postures au sol) et beau pour ne rien gâcher. Et puis pour les solaires Bio qui me sont d’une grande utilité quand je passe 2 semaines de stage surf et Yoga au Maroc !

20149845

Les bons et les moins bons côté de ce taf ?
Je n’en connais pas de moins bons. A chaque fin de cours, quand j’ai les mains jointes devant la poitrine, je remercie en silence l’univers de me permettre de vivre ainsi. Le Yoga c’est ma vie, je ne travaille pas, je vis. Oui je sais c’est totalement new age comme propos hein ? Pourtant c’est vraiment ce que je pense. Je n’ai pas de considérations matérielles, j’ai l’énergie suffisante pour gagner de l’argent si je le souhaite mais ce n’est pas mon leitmotiv, je fais mon truc avec tout mon coeur et le reste suit. Tout est question d’énergie.

Quels sont tes projets pour la suite ?
Mes projets pour la suite : je recherche activement ma THEYOGiINME Beach house à Oualidia, pour accueillir stagiaires et voyageurs toute l’année, leur faire vivre la vraie beach life, Yoga, Surf, Healthy food & good vibes.

_K4B4502

Un conseil pour les Super Women qui souhaitent emprunter ce type de parcours ?
Mon conseil : se poser les bonnes questions. Pourquoi je veux faire ça ? Comment je veux faire ça ? Comment je me vois dans 10 ans quand ce ne sera plus la mode ?

De nos jours, l’aventure yoga teacher training connait un réel engouement. Ce parcours est devenu synonyme de changement de vie, professionnelle et/ou personnelle. Quel est ton avis là dessus ? Il y a encore de la place pour tout le monde ?
Je trouve ça super que de plus en plus de gens s’intéressent au Yoga et que la pratique résonne en eux au point de vouloir changer de vie. Par contre pour avoir suivi un teacher training intensif 200h l’été dernier, j’ai de sérieux doutes sur la capacité à enseigner juste après (sur 10 participantes, 8 étaient débutantes). Avant ça j’avais suivi une formation sur 2 ans qui permet vraiment d’approfondir et donne le temps de se découvrir au travers du yoga.
En Yoga on enseigne pas une technique mais une expérience, 200H de technique c’est bien, mais ça ne remplace pas l’expérience. Il y a de la place pour tout le monde car la demande est grande mais je conseille de ne pas se lancer avant d’avoir quelque chose à transmettre et de se sentir vraiment prêt.

Voyagez, pratiquez, pratiquez, pratiquez.

IMG_4271

Retrouvez Layla :
Sur son site et blog : www.laylaphilipyoga.com
Sa page Facebook
Son compte Instagram
Le site de son studio : www.theyogiinme.com
La page Facebook du studio de Montpellier

Relisez les autres interviews Women in Business :
#5 : Sarah de KiteTrip Planner
#4 : Marie Laure de Bloody Marie
#3 : Marie Aurélie de Roxy
#2 : Caroline de Nikita
#1 : Laure de Searchswear

(2 commentaires)

Hey ! Dis nous ce que tu en as pensé ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s