Comme tous les freerideurs en quête de poudreuse, je rêvais de pouvoir goûter un jour à la neige si légère du Japon. C’est en Janvier 2016 que l’aventure se concrétise. Retour sur 4 semaines magiques au pays du soleil levant.

C’est en camping-car qu’on a choisi de réaliser notre trip, histoire d’être plus libres et d’économiser sur le logement. C’est le 8 janvier 2016, après une courte nuit à Tokyo (dans un hôtel avec coussins en coquillages), que l’on récupère notre petit van Toyota . Ce fût un peu le parcours du combattant pour décrypter le plan du métro, faire l’équivalence du permis de conduire et récupérer le matos mais on y est, mission accomplie, en route pour rejoindre le ferry. La conduite à gauche peut dérouter mais on s’y fait vite.
On en profite avant d’embarquer pour se faire notre premier « Onsen » (bain traditionnel d’eaux chaudes à 42°C) et un bon resto. La bouffe est excellente et pas si chère, bonne nouvelle !

Après une vingtaine d’heure passées sur un ferry top la classe (buffet à volonté, Onsen, futon pour la nuit, bar,…), nous voilà arrivés sur l‘île d’Hokkaido. On prend la route direction la station de Rusutsu.
À peine arrivé, on s’équipe car même si c’est déjà tard, les Jap’ sont fans de « Night Skiing ». La neige est dingue, ultra légère et facile à rider ; pour une première (de l’année), ça fait plaisir ! Les Japonais ne font jamais les choses à moitié, sur les pistes la musique est à balle, les spots light aussi, les mecs des remontées braillent, l’ambiance est carrément dépaysante. Le lendemain, on s’attaque à l’autre versant du domaine et on finit la journée dans un bon bain chaud. Il faut savoir que pour à peine 5 euros, on peut accéder aux bains thermaux « Hot Spring », un excellent moyen de se détendre après la ride, se réchauffer et se doucher. La soirée dans le van passe beaucoup mieux après ça. On met ensuite le cap sur la célèbre station de Niseko. Hormis la trouvaille d’un excellent resto et la vue du sommet des pistes, on est un peu déçu par le spot : trop de monde, trop de traces, trop de ricains, on décide de ne pas traîner ici.

Nous voilà en route pour Kiroro Resort sous une belle tempête de neige. Pas de bol, le van nous fait une crasse, un souci avec un fusible nous oblige à nous arrêter dans un bled paumé pour avoir l’avis d’un garagiste…guère concluant. Le sort s’acharne, le Onsen et le resto du village sont fermés ! Le lendemain, on rejoint Otaru, petit ville côtière, pour un vrai verdict au garage Nissan. Ouf ! Le suspens tombe, la réparation du van se fait en quelques heures, le temps de se balader en ville et de visiter un musée troublant, celui du kaléidoscope ! On reprend le trip bien soulagés, direction Kiroro, une station au fin fond d’une petite route avec deux énormes complexes hôteliers et c’est tout.

Ici, les conditions de neige sont folles, chaque nuit la neige recouvre toutes les traces de la veille, c’est le paradis ! On décide de rester plusieurs jours pour en profiter, on squatte sur le parking de l’hôtel et profite de ses toilettes et Onsen.

Avec l’envie de découvrir d’autres spots, on reprend la route direction la capitale d’Hokkaido, Sapporo. Après une petite visite du centre avec sa galerie marchande souterraine, on rejoint la station de Sapporo Teine, juste au-dessus de la ville. Il y a du monde et pas tant de fraiche. Après une expédition loupée jusqu’à Asihidake, « La Grave du Japon », pour cause de tempête et de télécabine fermée, nous voilà de retour à Kiroro, la mecque de la pow pow. Le vent souffle ici aussi mais bien moins violemment et la neige ne s’arrête pas de tomber ! Après avoir repéré une belle pente assez facile d’accès, on met les peaux pour une petite rando. L’effort est récompensé, la descente est vierge et gavée de neige. Arrivés en bas, on remonte !

La suite du trip se poursuit sur Honshu, l’île principale du Japon, aux alentours de Nagano. Les Alpes Japonaises ont moins été gâtées en neige mais le décor change. Après une nuit mouvementée dans le ferry, on se dirige vers Nozawa Onsen, une station-village assez folle avec des Onsen de partout. On découvre un nouveau terrain de jeu mais un peu déçu par le manque de neige. Tanpis, on se rattrape sur la bouffe le soir !
 Avant de repartir sur Tokyo, on s’arrête voir les célèbres macaques des neiges. Non ce n’est pas une hallu, ils sont bien réels ! Peinards, ils se font tremper et se font les puces dans les bains chauds. Les bébés sont à croquer ! Une dernière halte s’impose au Mont Fuji où le spectacle est remarquable, au petit matin.

 

Le trip touche à sa fin, on rejoint Tokyo pour rendre le van et on en profite pour faire quelques visites et passer un peu de temps avec une copine. De chouettes découvertes sont au rendez-vous, notamment dans le quartier calme de Shimokitazawa.
 On ne manque pas de prendre un bon bain de foule sur l’incontournable carrefour de Shibuya. Mais contrairement à Paris, l’ambiance est moins oppressante et les gens remarquablement ordonnés. Ils attendent le métro en file indienne !

Trop d’anecdotes à raconter, je dois m’arrêter ! Un sacré trip qui ne donne qu’une envie, c’est d’y retourner ! Gavage de pow, de bouffe et de bains chauds, la belle vie ! Un seul conseil : Allez-y !!

Hey ! Dis nous ce que tu en as pensé ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s